Hypothèses, Élucubrations et Réalité

A partir d’hypothèses fausses on peut déduire dans un raisonnement tout à fait juste des choses toutes à fait fausses. Élucubrer nous amène à évoquer diverses hypothèses que chaque fois nous ne pouvons pas vérifier. On déduit alors diverses conclusions sur la réalité qui ne servent qu’à échauffer notre esprit et à le faire tourner à vide et en rond.

Il en est ainsi que nous ne savons pas tout et que nous ne pouvons nous empêcher de faire des hypothèses invérifiables. On teste alors ces hypothèses pour savoir à quelles conclusions elles nous mèneraient, l’objectif étant que ces conclusions elles soient certaines et vérifiables.

Seulement ce type de recherche ne prend jamais fin et parfois il semble que le plus court chemin soit de ne plus faire d’hypothèses, de ne plus penser, de ne plus rien faire.

Le facteur limitant est notre faible mémoire qui si elle enregistre tout peut-être, ne semble pas nous rendre conscient de tout.

J’en viens donc à l’idée, à l’hypothèse que je fais depuis quelques temps : nous sommes des êtres fondamentalement inhibés. Est ce une auto-inhibition ou bien une inhibition extérieure ?

Voilà donc mon hypothèse : et je vous laisse élucubrer sur la réalité qu’elle tendrai à nous faire voir.

Est ce encore une excuse pour ne pas faire l’effort d’appréhender sérieusement la réalité…

N’est ce donc pas plutôt que l’on s’auto inhibe pour ne pas avoir à se coltiner la rudesse d’une réalité que l’on a tant de mal à voir si l’on ne fait pas l’effort rude de la circonscrire.

Et une fois un domaine limité circonscris ne se contente donc pas de ce dernier tentant d’en faire une généralité..

Nouvelle idée sur les nombres premiers

Capture du 2014-11-22 09:29:05

Quand dans la liste suivant on obtient un nombre à partir de n
La colonne B p=((n+1)*2-1)*2+1
Les nombres multiples de trois et cinq peuvent être facilement écartés
dans la colonne D
J’ai découvert pourquoi le nombre treize porte malheur
Pour chaque nombre premier trouvé on a son multiple de treize dans la liste de
La colonne B
Par exemple pour 7 on a 7*13=91
Et à partir de 91 tous les 7 cellules plus bas on a un multiple de 7.
Idem pour les autres nombres premiers une fois trouvé le nombre p*13, tous les p cellules on a un multiple de p

rech2

Trois ou quatre phrases

Les humains s’attachent souvent à quelques idées qu’ils énoncent en trois ou quatre phrases comme sonne un slogan. Trois ou quatre phrases qui résumeraient le plus souvent une situation complexe, à plusieurs variables en une situation dont on ne retiendrai plus qu’un schéma simple si loin de la réalité.
Certains écrivent des livres et d’autres les résument en trois ou quatre phrases sonnantes et trébuchantes.
La nuance n’est pas vraiment l’apanage des humains. Le plus souvent ils ne voient qu’une face d’une seule pièce et ignorent tous les possibles réels. Cela me rappelle une nouvelle de Philip K. Dick dans laquelle suite à un accident nucléaire dans une centrale, les visiteurs de cette centrale étaient tous plongés successivement dans des réalités où chacun d’entre eux successivement devenait le maître ce cette réalité. Et bien sûr rien ne tournait bien rond dans aucune de ses nouvelles réalités.

Pour finir je vous rappellerai ce grand penseur Krishnamurti qui disait que tant que l’on est gouverné par la pensée, l’harmonie, le sacré ne peut exister.

C’est pourquoi j’ai cette idée qu’il faut mais le faut il… remettre du hasard dans notre société occidentale gouverné uniquement par l’idée que le profit individuel bénéficie à tous, notre société qui ne va que dans un sens possible et ignore tous les autres possibles

nombre premiers jumeaux et matrice

Screenshot from 2014-08-16 16:08:38

Observez bien cette image : les deux premières colonne donnent les nombres premiers jumeaux, la troisième leurs multiplications, la quatrième donne (p+1)(p’-1), la cinquième la division de la quatrième par neuf, puis la sixième colonne la racine carré de la cinquième colonne.

Et qu’observe-t-on sur les matrice 4×4 à droite si on les multiplie par le vecteur colonne (2, 4 , 6 , 10) on obtient les chiffres de la sixième colonne.

Ce qui est intéressant à mon avis c’est de voir que chaque ligne de chaque matrice a une somme qui s’incrémente de 1 à chaque fois.

Je vais continuer mes investigations et je vous tiens au courant

Un petit programme en prolog qui résoud le solitaire à alvéoles

Sous le prolog ciao-prolog  : la source du programme sol6

% Solution of 45-peg solitaire
%                      76 77 78
%                      67 68 69
%                      58 59 60
% 46 47 48 49 50 51 52 53 54
% 37 38 39 40 41 42 43 44 45
% 28 29 30 31 32 33 34 35 36
%                      22 23 24
%                      13 14 15
%                         4 5 6

:- use_module(library(lists)).
:- use_module(library(numlists)).
:- use_module(library(aggregates)).
:- use_module(library(sort)).
:- use_module(library(random)).

initial_state(sol,sol([4,5,6,13,14,15,22,23,24,
28,29,30,31,32,33,34,35,36,
37,38,39,40,41,42,43,44,45,
46,47,48,49,50,51,52,53,54,
58,59,60,67,68,69,76,77],[78])).
final_state(sol([_,_,_,_,_,_,_,_,_,_,_,_,_],[_,_,_,_,_,_,_,_,_,
_,_,_,_,_,_,_,_,_,
_,_,_,_,_,_,_,_,_,
_,_,_,_,_])).
deplacement(3,X,Y,Z):-
Z=\=46,
Z=\=47,
Z=\=37,
Z=\=38,
Y is Z – 1,
X is Z – 2.
deplacement(1,X,Y,Z):-
Y is Z – 9,
X is Z – 18.
deplacement(2,X,Y,Z):-
Y is Z + 9,
X is Z + 18.
deplacement(4,X,Y,Z):-
Z=\=45,
Z=\=44,
Z=\=36,
Z=\=35,
Y is Z + 1,
X is Z + 2.

move(sol(V,W),deplacement(_,X,Y,Z)):-
member(Z,W),
deplacement(_,X,Y,Z),
member(X,V),
member(Y,V).

update(sol(V,W),deplacement(_,X,Y,Z),sol(V1,W1)):-
delete(V,X,V2),
delete(V2,Y,V3),
V4 = [Z|V3],
sort(V4,V1),
delete(W,Z,W2),
W3=[X,Y|W2],
sort(W3,W1).
value(4,1).
value(5,1).
value(32,1).
value(40,1).
value(58,1).
value(13,2).
value(14,2).
value(31,2).
value(34,2).
value(39,2).
value(50,3).
value(59,3).
value(78,3).
value(22,4).
value(42,4).
value(45,4).
value(47,4).
value(77,4).
value(29,5).
value(30,5).
value(35,5).
value(51,5).
value(54,5).
value(67,5).
value(6,6).
value(15,6).
value(24,6).
value(37,6).
value(49,7).
value(76,7).
value(33,8).
value(36,8).
value(44,8).
value(48,8).
value(23,9).
value(38,9).
value(43,9).
value(60,9).
value(69,9).
value(28,10).
value(41,10).
value(46,10).
value(52,10).
value(53,10).
value(68,10).

produce_value(X):-
random(1,4,Value),
assertz(value(X,Value)).
produce_all_values([]).
produce_all_values([X|Xs]):-
produce_value(X),
produce_all_values(Xs).

evaluate([],[]).
evaluate([Boule|Board],[V|Value]):-
value(Boule,V),
evaluate(Board,Value).
evaluate_board(sol(Board,_),Value):-
evaluate(Board,ListValue),
sum_list(ListValue,Value).
inserts([Value|Values],Frontier,Frontier1):-
insert(Value,Frontier,Frontier0),
inserts(Values,Frontier0,Frontier1).
inserts([],Frontier,Frontier).

insert(State,[],[State]).
insert(State,[State1|States],[State,State1|States]):-
lesseq_value(State,State1).
insert(State,[State1|States],[State|States]):-
equals(State,State1).
insert(State,[State1|States],[State1|States1]):-
greater_value(State,State1),
insert(State,States,States1).

equals(state(S,_,V),state(S,_,V)).
lesseq_value(state(S1,_,V1),state(S2,_,V2)):- nocontainsx([S2],S1),V2>=V1.
greater_value(state(_,_,V1),state(_,_,V2)):-V1>V2.

update_frontier([M|Ms],State,Path,History,F,F1):-
update(State,M,State1),
evaluate_board(State1,Value),
\+ member(State1,History),
insert(state(State1,[M|Path],Value),F,F0),
update_frontier(Ms,State,Path,History,F0,F1).
update_frontier([],_,_,_,F,F).

solve_best([state(State,Path,_)|_],_,Moves):-
final_state(State),
reverse(Path,[],Moves).
solve_best([state(State,Path,_)|Frontier],History,FinalPath):-
findall(M,move(State,M),Moves),
update_frontier(Moves,State,Path,History,Frontier,Frontier1),
solve_best(Frontier1,[State|History],FinalPath).

test_bfs(Problem,Moves):-
initial_state(Problem,State),
solve_best([state(State,[],[])],[State],Moves).

board(Xs,Ynew):-
board10([deplacement(_,X1,X2,X3)|Xs],Y),!,
delete(Y,X1,Y1),
delete(Y1,X2,Y2),
Y3 = [X3|Y2],
sort(Y3,Ynew).
board(Xs,Ynew):-
board([deplacement(_,X1,X2,X3)|Xs],Y),
delete(Y,X1,Y1),
delete(Y1,X2,Y2),
Y3 = [X3|Y2],
sort(Y3,Ynew).

jeu(Y,Z,[Move]):-
member(X3,Z),
deplacement(_,X1,X2,X3),
member(X1,Y),
member(X2,Y),
delete(Y,X1,Y1),
delete(Y1,X2,Y2),
Y3 = [X3|Y2],
length(Y3,1),
Move = deplacement(_,X1,X2,X3).

jeu(Y,Z,[Move|Moves]):-
member(X3,Z),
deplacement(_,X1,X2,X3),
member(X1,Y),
member(X2,Y),
delete(Y,X1,Y1),
delete(Y1,X2,Y2),
Y3 = [X3|Y2],
sort(Y3,Y4),
delete(Z,X3,Z1),
Z2 = [X1,X2|Z1],
sort(Z2,Z3),
Move = deplacement(_,X1,X2,X3),
jeu(Y4,Z3,Moves).

 

main(S):-
test_bfs(sol,X),
retractall(board10(_,_)),
assertz(board10(X,[4,5,6,13,14,15,22,23,24,
28,29,30,31,32,33,34,35,36,
37,38,39,40,41,42,43,44,45,
46,47,48,49,50,51,52,53,54,
58,59,60,67,68,69,76,77])),
board([],Y),
difference([4,5,6,13,14,15,22,23,24,
28,29,30,31,32,33,34,35,36,
37,38,39,40,41,42,43,44,45,
46,47,48,49,50,51,52,53,54,
58,59,60,67,68,69,76,77,78],Y,Z),
jeu(Y,Z,Moves),
append(X,Moves,S).

Idée (21) Somme des proba

Toujours avec l’esprit de contradiction je me dis que dans un Univers (au sens probabiliste) dénombrable la somme des probabilités des événements élémentaires fait UN. Mais dans un Univers infini où même fini mais où des événements surviennent imprévisibles alors cette somme NE VAUT PLUS UN.

A réfléchir