idées (9) le hasard ne choisit pas

Les principes de l’évolution dont le premier la sélection naturelle m’apparaissent comme des explications après coup. On observe une modification morphologique due à une mutation génétique et après coup on explique que sous la pression du milieu elle est devenue généralité. Certains vont même à affirmer que la pression du milieu entraîne la mutation génétique.

On oublie que le maître de tout cela est le hasard. Le hasard ne choisit pas telle ou telle mutation. Il les crée toutes. Mais depuis Gauss et sa célèbre courbe en cloche, on sait que toutes ces mutations vont se distribuer normalement. D’où une majorité d’individus qui vont acquérir la norme pour l’espèce. Et cette norme n’est pas un choix, ni une pression du milieu qui l’aurait choisit. C’est la loi du hasard.

L’homme lui a cette capacité de faire un choix dans la hasard. Il l’a fait en sélectionnant des espèces selon certains critères et créant ainsi par exemple des races de vaches. L’homme est donc le vecteur de l’anti-hasard…

Nous observons ainsi qu’à l’origine il y a le hasard à l’oeuvre en toute chose. Le zéro de l’évolution. Arrive ensuite l’unité, l’anti-hasard, qui contruit la diversité des nombres et leur stabilité.

Le hasard c’est le néant et le chaos et l’équilibre de la loi normale. l’anti-hasard c’est la stabilisation d’une norme.

Deux forces sont donc à l’oeuvre. Et l’homme et sa capacité de choisir est devenu le vecteur d’une de ses deux forces